[Carnet de balade] Une nuit sur le plateau d’Emparis – Partie 2

21
mai 2020

Suite de mon weekend sur le plateau d’Emparis. Après un coucher de soleil incroyable sur les Écrins, cette nouvelle journée est réservée à la découverte et re-découverte des lacs du plateau.

 

Voir la première partie

 

Je suis tiré du sommeil par les premiers rayons de soleil. Comme la veille, je ne peux résister à prendre mon appareil photo, encore en « pyjama » (comprenez là que j’ai un pantalon de survêtement épais et un pull), pour filer sur les hauteurs de la veille capter les premières lueurs.

De retour à la voiture, petite déjeuner – café – puis je me prépare pour une petite randonnée : le tour des lacs du plateau. Une boucle de plus d’une dizaine de kilomètres qui passe par le lac noir et le lac Lérié, ce dernier reflétant à merveille les Ecrins et la Meije. Je ne vous donne pas le temps officiel nécessaire pour faire le tour, car je pense que je l’ai multiplié par 3 ! Sachez en tous cas que ce n’est pas une balade difficile. Quelques montées un peu raides mais rien d’insurmontable (et c’est moi qui vous le dis !).

Un levé de soleil enflammé
Une autre ambiance que la veille…

Exploration guidée par les sons et l’objectif

Je m’avance sur le plateau et fais un premier arrêt au ruisseau sans nom de la veille. Je découvre qu’il s’appelle le Rif Tort et qu’il fait également la frontière entre l’Isère et les Hautes-Alpes. Je sors mon nouveau micro, acquis il y a peu pour faire un peu de prise de son et reste durant de longues minutes à profiter du son de l’eau qui coule sur les rochers du ruisseau.

Un panoramique du plateau d’Emparis

J’aurais pu y rester des heures, mais, ne souhaitant pas rentrer chez moi à minuit, je devais avancer. Après une bonne montée, j’arrive près du lac Noir. Il y a déjà quelques promeneurs et VTTistes. J’en profite à nouveau pour capter quelques sons de clapotis. Une forme dans le ciel attire mon regard. Un immense oiseau plane lentement au dessus du plateau, à la recherche de nourriture sûrement. Un vautour. Magnifique, imposant, gracieux.

Quelques gros nuages persistent
Le lac Lérié et la Meije en fond

Alors qu’il part rejoindre un camarade au loin, je me dirige de mon côté vers le Lac Lérié, déjà visité il y a quelques années et toujours aussi beau. Il y a déjà du monde sur les abords du lac et ça parle fort. Pas de prise de son ici et je ne reste pas longtemps. Je me dis que je reviendrais un jour où il y aurait moins de gens, à un moment de la journée plus calme… 

C’est l’heure du retour. Sur le chemin, je croise plusieurs cadavres de moutons, du moins ce qu’il en reste, des ossements surtout. Les vautours du coin ont déjà prélevé largement leur part. J’arrive enfin à la voiture, dépose mon matériel et reprends la route. L’appareil est plein et je sais déjà que ce lieu sera un de mes préférés pour ces prochaines années. Je compte bien le parcourir encore plusieurs fois !

Retour